Le programme Hikari, nouveau symbole de l’implication de Lyon en matière de développement durable, devrait être livré cet été.

Dessiné par l’architecte japonais, Kengo Kuma, cet ensemble immobilier est le fruit d’un partenariat entre Bouygues Immobilier SLC, la Métropole de Lyon, le Nedo (agence publique japonaise) et Toshiba.

Hikari, qui signifie « lumière » en japonais, a été conçu pour produire plus d’énergie qu’il n’en consommera, à savoir 1 400 MWh d’énergie consommée pour 0,2% de plus d’énergie produite. L’ensemble repose sur l’exploitation de technologies innovantes et d’une architecture bioclimatique qui lui permettent d’optimiser la lumière naturelle et de rechercher la très basse consommation. Hikari devrait consommer jusqu’à 60% de moins que les normes établies par la réglementation thermique actuelle.

Hikari_lyon

D’une surface totale de près de 13 000 m², l’ensemble immobilier est composé de 3 bâtiments :

  • Higashi (« Est en japonais) : un bâtiment de bureaux de 5500 m²
  • Minami (« Sud) : un bâtiment de logements de 3 400 m²
  • Nishi (« Ouest ») : un immeuble mixte composé de bureaux (2 600 m²), de 4 villas sur le toit (700 m²), de commerces répartis sur 1 000 m² au rez-de-chaussée des 3 bâtiments

Les bâtiments seront alimentés par 3 sources d’énergie renouvelable :

  • des panneaux photovoltaïques qui permettront une production d’énergie équivalente à la consommation d’environ 160 foyers,
  • un système de géothermie,
  • une centrale à cogénération à base d’huile végétale de colza provenant de la région Rhône-Alpes.

Avec ce projet, Lyon-Confluence va encore plus loin dans son expérimentation en matière de cleantech. Cité lors du sommet Mondial Climats et Territoires qui s’est tenu à Lyon début juillet, le quartier faire figure d’exemple car il parvient à se reconstruire en poursuivant des objectifs à la fois d’aménagement urbain, de croissance économique et de développement durable.