14 candidats vont s’affronter pour tenter de décrocher un poste chez Awabot, spécialiste lyonnais de la robotique. Bruno Bonnell, Président de la société et figure emblématique du monde de l’entreprise a été choisi pour jouer le rôle du boss dans cette nouvelle émission.

Le jeu

Ce jeu de téréalité est une adaptation de « The Apprentice », programme lancé il y a onze ans aux Etats-Unis par la NBC, qui met en scène dans sa première version le milliardaire américain Donald Trump. Selon Nicolas Coppermann, PDG d’Endemol et producteur de l’émission en France, Bruno Bonnell est taillé pour ce rôle : «C’est un formidable personnage de télévision ».

Sur plus de 1 000 candidatures, 14 seulement ont été retenues. Le casting est composé de 7 femmes et 7 hommes, âgés de 21 à 45 ans. Les profils sont divers : un jeune chef d’entreprise, un autodidacte, des plus expérimentés et certains, diplômés de grandes écoles. Ces candidats devront faire valoir leurs qualités et compétences respectives lors de 6 épreuves qui les amèneront à se transformer aussi bien en marchands de poisson qu’en blanchisseurs.

Le boss

Bruno Bonnell  est un « multi-entrepreneur » lyonnais et expert  de la robotique. Il est le fondateur d’Infogrames/Atari, une société de jeux vidéo internationale, l’un des présidents de Robopolis, l’une des plus importantes sociétés de robotique de service en Europe et Président de Awabot. Son rôle dans le jeu ? Il choisira quel candidat éliminer à l’issue de chaque épreuve et au terme d’un debriefing.

L’enjeu

A la clé : un poste de directeur de développement commercial chez Awabot. Créée en 2011 et basée à Villeurbanne en région lyonnaise, la société Awabot conçoit et produit des robots destinés à l’éducation et au grand public. La nouvelle recrue sera chargée du « lancement d’un produit unique qui n’existe pas et qui va changer la vie des gens », explique Bruno Bonnell. Les compétences requises selon lui : « savoir vendre, négocier, faire du marketing, avoir des idées et de la créativité ».

 

Zoom sur le secteur de la robotique en Rhône-Alpes :

  • Les capteurs : 17%
  • L’intelligence artificielle : 10%
  • Les systèmes : 50%
  • Les composants : 20%
  • La mécatronique/les actuateurs : 25%
  • L’interface homme/machine : 10%