© visucrea.com

Le programme Big Booster, qui voit entrer en compétition des start-ups de tous bords, a été le théâtre d’une nouvelle coopération pour la Métropole de Lyon, qui s’apprête à en accueillir la finale. En effet à travers ce challenge, la métropole a pu mettre en avant sa volonté de soutenir le développement de jeunes sociétés innovantes dans les domaines de la santé, du numérique, des biotechnologies, de l’environnement et du développement durable. Une volonté qui a convaincu Boston, elle-même impliquée dans ces thématiques-là.

C’est donc lors du bootcamp Big Booster de Boston qu’un accord a été signé entre les deux villes en présence de Karine Dognin-Sauze, vice-présidente en charge de l’innovation, de la métropole intelligente et du développement numérique de la Métropole de Lyon, et de Marty Walsh, Maire de Boston.

Premier partenariat entre Lyon et une ville des Etats-Unis, l’intention de partenariat englobe trois principaux domaines d’action :

  • L’innovation, l’entrepreneuriat et le développement économique ;
  • La ville intelligente, le développement urbain durable et la mobilité ;
  • La culture, l’éducation et le développement du tourisme.

Cet accord visant à rapprocher Lyon et Boston sur leurs ambitions stratégiques, que ce soit en matière d’entrepreneuriat, de biotechs, de cleantechs ou de robotique, touche aussi plus largement aux causes sociales, culturelles et environnementales qui sont importantes aux yeux des deux partenaires. Un tel accord est ainsi l’occasion pour Lyon et Boston de mobiliser des acteurs variés (entreprises, structures publiques, universités) autour de la promotion d’un développement urbain durable.

D’après la vice-présidente de la Métropole de Lyon, cet accord permet d’envisager d’avantage  d’échanges de qualité entre la ville et ses différents partenaires. En effet, à long terme, il permettra notamment de pousser Lyon vers un statut de plus en plus propice pour le développement de start-up, à la fois quantitativement et qualitativement grâce au développement de nouvelles solutions, dont l’une directement venue de Boston : un Cambridge Innovation Center (CIC), structure permettant d’accueillir un maximum de startup au sein d’un seul et même bâtiment pour capitaliser sur l’effet de masse.

Prochaine étape ? Les différents échanges entre Lyon et Boston vont permettre de conclure à un protocole d’entente entre les deux maires pour contractualiser l’accord.