Airpulse

Avec 8,4 millions de passagers annuels, 115 destinations directes et 64% de trafic international, l’Aéroport Lyon-Saint Exupéry constitue une plateforme de transit majeure pour la région Auvergne – Rhône-Alpes. En développant son propre incubateur de projet, « AirPulse », l’aéroport saisit l’opportunité que représente ce trafic, qui gagne chaque année en importance.

AirPulse est né en 2015, du fruit d’une démarche d’innovation engagée en 2013 et visant à faire de Aéroports de Lyon un laboratoire pour développer de nouvelles idées. Riche de 250 entreprises, l’aéroport a tout intérêt à utiliser cette ressource : « Inciter les salariés à oser apporter leurs idées, les aider à les faire aboutir, c’est capitaliser sur la qualité des hommes et des femmes qui composent l’entreprise », fait valoir Philippe Bernand, président du directoire.

AirPulse développe ainsi des projets soumis par des personnes internes comme externes au groupe avec un objectif clair en matière d’innovation : « On n’en fait pas pour le plaisir, mais on le fait au service de nos clients et pour faire du business », indique Arnaud Besson, directeur de la stratégie et de la communication. Exemples de bonnes idées.

Sauver les objets auxquels on tient suite au contrôle de sécurité

Parmi les 24 000 passagers journaliers, nombreux sont ceux à n’avoir pas suivi les consignes de sécurité pour remplir leur bagage cabine. Les ciseaux, canifs et quelques 1 000 autres objets à la valeur tant financière que sentimentale qui se retrouvaient jusqu’à présent à la poubelle, peuvent désormais être récupérés par leurs propriétaires ! « Ça paraît tout bête, mais on est les premiers à le faire », souligne Olivier Althuser, chargé de la satisfaction des voyageurs et de l’innovation au sein d’Aéroports de Lyon, au sujet de ce nouveau service – payant – de réexpédition. Imaginé par deux employés du groupe et en test actuellement, le dispositif permettra de limiter le nombre de produits prélevés dans les bagages-cabine (environ 3 000 par mois).

Faire accompagner ses enfants pendant leur vol

Début juillet 2016, l’aéroport a noué un partenariat avec KidyGo, start-up lyonnaise proposant depuis l’an dernier un service collaboratif d’accompagnement des enfants. D’abord présente sur les trajets en train, la société se développe désormais dans l’aérien. « On avait des demandes pour l’avion, notamment sur des trajets est-ouest pas toujours commodes en train », explique Joanna Faulmeyer, co-fondatrice de la société. Aujourd’hui, quelques 5 700 parents utilisent ce service, délivré par une majorité (85%) d’étudiants : les kidysitters. KidyGo vise 20 000 utilisateurs, moitié parents, moitié accompagnateurs, début 2017.

Facilitateur pour les projets menés en interne et coordinateur pour les projets venants de l’externe, AirPulse accompagne pour le moment 6 projets.