tete d'or 22

Le parc de la Tête d’Or se trouve sur les berges du Rhône et s’étend sur 117 hectares. Il s’agit du plus grand parc urbain de France. On peut partir à sa découverte, se détendre ou encore y réaliser de nombreuses activités culturelles et sportives.

Le parc de la tête d’or

Le projet du parc urbain de la Tête d’Or remonte à l’année 1812. À l’origine, deux lieux étaient envisagés, la presqu’île ou bien la colline de Fourvière. C’est seulement en 1845 que Christophe Bonnet propose alors un projet de parc urbain à l’emplacement du parc actuel.

Le Préfet Claude-Marius Vaïsse reprit l’idée en expliquant qu’il souhaitait apporter la nature à ceux qui n’en avaient pas. En 1856 les travaux commencèrent et même s’ils n’étaient pas finis, le parc ouvrit ses portes au public en 1857.

Les frères Denis et Eugène Bühler sont à l’origine de physionomie du parc, on peut y voir l’inspiration du fameux Bois de Boulogne et des jardins anglais d’époque. Les travaux effectués pour permettre d’éviter les inondations de ces terres et ainsi les rendre praticables furent conséquents et aboutirent à la création du lac que l’on connait actuellement. Au début du 20ème siècle Tony Garnier y ajouta sa touche en modernisant certains espaces.

Le parc de la Tête d’Or représente 177 hectares de terrain avec un lac de 16 hectares et dispose de huit entrées différentes dont la dernière date de 2009 et se trouve au niveau de la cité internationale. L’entrée la plus remarquable reste la Porte des Enfants du Rhône.

Le parc zoologique

Le parc zoologique est aussi ancien que le parc lui-même. À l’origine, c’était une ferme qui avait pour but d’être éducative et d’y recevoir quelques animaux sauvages locaux. Par la suite, des aménagements ont eu lieu et l’endroit s’est transformé en un véritable parc zoologique.

Désormais, il accueille de nombreux pensionnaires venus du monde entier. À lui seul, il représente près de 10 hectares et le dernier ajout en date est la plaine africaine qui regroupe 130 espèces différentes, parfois rares et protégées. L’ensemble du parc zoologique compte 400 animaux répartis en 64 espèces.

Le rôle éducatif de cet endroit est toujours d’actualité étant donné qu’il est possible de participer à des visites et des ateliers (notamment les établissements scolaires) qui ont pour but de sensibiliser les visiteurs aux missions du zoo.

Le jardin botanique

À l’origine, le jardin botanique du parc de la Tête d’Or était situé sur les pentes de la Croix-Rousse avant d’être déplacé.

Au fur et à mesure des années le jardin se vit enrichir de nombreuses espèces venues du monde entier pour finalement devenir le plus grand jardin botanique municipal de France.

Actuellement près de 15 000 plantes différentes y sont référencées, il s’étend sur 8 hectares, dont 6 500m² de serres. De nombreux passionnés et spécialistes viennent du monde entier pour contempler les spécimens présents. Les visiteurs qui s’y rendent ont la possibilité de participer à des visites commentées ou bien à des ateliers de découverte. Les horaires d’ouverture du Jardin botanique sont indépendants de celles du parc de la Tête d’Or.

Vous ne le saviez peut-être pas…

Une légende raconte que l’origine du nom « Tête d’Or » viendrait de l’époque des Croisés. Ils y auraient enterré une tête de Christ en or. En 1855, une voyante aurait été engagée pour trouver ce trésor, mais n’y serait pas parvenue. Le mystère de la tête d’or n’a toujours pas été résolu à ce jour.

L’origine des plaques d’immatriculation vient en fait du parc de la Tête d’Or. En effet, en 1891 les premières voitures sont autorisées à circuler comme bon leur semble dans le parc. Seulement, suite à plusieurs accidents, le maire de l’époque, Antoine Gailleton, décida de rendre obligatoire le port d’une plaque portant un numéro d’identification unique sur chaque véhicule. Au début, cela ne concernait que les voitures qui voulaient circuler dans le parc, mais par la suite cela fut appliqué à la ville entière. Les visiteurs se voyaient attribuer une plaque le temps de leur séjour, puis en 1901, les plaques furent étendues à toute la France.