923757

Point histoire

La soie – qui fut une découverte chinoise et qui se cantonna à ce pays pendant de nombreux siècles – débarque en Europe à la fin du Moyen-âge. Plus particulièrement en France, la production démarre aux alentours de 1466 sur ordre du roi Louis XI ; le choix s’étant porté sur Lyon pour sa proximité à l’Italie, où la France se procurait la soie à cette époque. De plus, la mise en place de la fabrication de cette fibre textile à Lyon s’installe rapidement grâce à de nombreuses foires où elle se fait connaître auprès du grand public. La production bat son plein sous le règne de Henri II (1547-1559) avant de décliner, pour cause de guerres de religions pendant une quarantaine d’années. Lyon s’approvisionne donc en métiers à tisser, qui lui permettent de réaliser différents produits tels que des satins, des velours ou encore des draps ; tout d’abord des pièces unies, puis des façonnées.

Le XVIIIème siècle connaît d’importantes évolutions au niveau des techniques de fabrication de la soie, afin de facilité le travail. Il en découle également de nouveaux types de tissages. En 1740, l’inventeur et mécanicien français Jacques Vaucanson tente une première mécanisation du métier à tisser qui se solde par un échec, mais permet néanmoins quelques améliorations.Detail-soie-lyonnaise©Intersoie

Dans le même temps, la France se voit dans l’obligation d’exporter ses produits de soie dans toute l’Europe et se crée ainsi une réputation. En effet, l’instabilité politique, puis la révolution sont à l’origine d’une crise, suivie d’une émeute des tisseurs lyonnais.

Ce n’est qu’au milieu du XXème siècle que la mécanisation du métier à tisser est achevée, elle a connu de nombreuses améliorations, notamment dues à l’électricité. Malheureusement, c’est aussi la période où de nouveaux fils textiles voient le jour. Avec le temps, leur fabrication devient moins chère, ainsi les fabricants utilisent plus volontiers du nylon, de la viscose ou du polyester, au dépens de la soie.

Activité

Le secteur de la soie à Lyon a été un précurseur à l’économie de son époque. Au XVIème siècle, la production de soie requiert 12 000 employés, avec 3000 métiers à tisser. 200 ans plus tard, le nombre de métiers à tisser s’est multiplié par quatre, et le nombre d’employés a plus que doublé. La situation a changé à l’approche du XXIème siècle, le nombre de tisserands n’a cessé de diminuer. Actuellement, les fabricants qui exercent toujours ont une activité soit dans le domaine du luxe, soit par égard à l’histoire et pour maintenir la tradition. Leurs clients sont généralement des musées, rares sont les particuliers.

Tourisme

De nos jours, de nombreux musées retracent l’histoire de la soierie à Lyon et permettent d’admirer les machines d’autrefois. Une fois par an a lieu le Marché des soies, quatre jours pendant lesquels vous pouvez découvrir de nombreux exposants et des animations. Quelques boutiques et ateliers proposent également des accessoires en soie  : foulards, écharpes, étoles, cravates …  Une petite liste des incontournables  :

  • La maison des Canuts  : propose également des démonstrations ;
  • Musée du vieil Arbresle  : expose des miniatures de métiers à tisser ;
  • Le musée des tissus  : histoire générale du textile ;
  • Soierie vivante  : association de sauvegarde du patrimoine de la soie
  • Trésor de soie  : boutique, produits d’ateliers ou fait-main
  • Le carré de soie  : boutique, produits tissés ou peints à la main

Que vous soyez amateurs de soie ou simplement curieux, vous y trouverez votre bonheur.

Plus d’informations concernant la culture en région lyonnaise, contactez-nous !