LES_0008

L’année dernière, 3d.FAB (3D Fabric of Advanced Biology), la plateforme de prestation en impression 3D du campus Lyon Tech-La Doua, annonçait le lancement d’un programme de recherche pour un projet d’impression 3D directe sur grands brulés. Le projet est financé par la Direction Générale des Armées (DGA), intéressée pour des applications en médecine de guerre et en théâtres d’opération.

Le projet est porté par un consortium de laboratoires et d’entreprises comprenant : LabSkin Creations, le Laboratoire des Substituts Cutanés des Hospices Civils de Lyon, et 3d.FAB. LabSkin Creations et 3d.FAB avaient auparavant breveté leur système d’impression 3D et de reconstitution de la peau. Utilisé d’abord pour des tests en cosmétologie, le consortium espère maintenant développer et déployer un système de bio-impression 3D dans les blocs opératoires. Le dispositif serait constitué d’un bras articulé (commercialisé par BioAssemblyBot), et les cellules de peau seraient prélevées directement au bloc opératoire. L’avantage ? Traiter les brûlures sur de grandes surfaces serait possible, ainsi que la reconstitution de l’épaisseur de derme voulue.

article_3dfab3

A l’époque au stade préclinique, le consortium envisageait de faire valider la pratique sur les animaux puis de lancer les essais cliniques courant 2018 ou 2019.

Focus : les différentes étapes du développement de la bio-impression à Lyon

Le Laboratoire des substituts cutanés avait été créé par Odile Damour, pharmacienne et biologiste, au sein de l’hôpital Edouard Herriot, qui aujourd’hui, associé avec l’hôpital Saint-Luc, forme le plus grand centre de traitement des grands brûlés en France. Dès 1989, les chercheurs lyonnais publiaient une première étude sur la « peau reconstruite ». Odile Damour aura un rôle prépondérant dans le développement de l’ingénierie tissulaire à Lyon, avec ses travaux qui consistaient à reproduire la peau « en éprouvette ». Aujourd’hui, le Laboratoire des substituts cutanés est réputé pour ses recherches portant sur l’amélioration de la culture de cellules cutanées, vitale pour les grands brûlés.

LabSkin Creations, quant à elle, est une entreprise créée en 2015 et pionnière dans la reconstitution de la peau. Elle propose ainsi aux industriels du domaine de la cosmétologie des échantillons de peau pour la recherche, avec des caractéristiques aussi pointues que l’âge et ses effets sur la peau ou le degré d’exposition aux UV. Sa technique, brevetée, permet de reconstituer le derme et l’épiderme sur une période de culture de seulement 21 jours, contre 45 en culture in vitro classique.

3d.FAB est une plateforme d’impression innovante créée en 2016, spécialisée dans la bio-impression. En plus d’imprimer de la peau, le laboratoire va plus loin et imprime aussi du cartilage et des os, et bientôt de la cornée. 3d.FAB est une entité de l’ICBMS (Institut de Chimie et Biochimie Moléculaire et Supramoléculaire) et a été créé afin de proposer des solutions aux entreprises et laboratoires académiques dans le domaine de la santé.