Die malerische Altstadt von Lyon am Fuß des Mont Fourvière wird häufig als eine der schönsten Renaissance-Viertel Europas bezeichnet, Frankreich

1. Le plus grand herbier universitaire du monde se trouve… à La Doua !

L’université Lyon 1 dispose de plus de 4,4 millions de plantes séchées provenant de différentes collections historiques : Bougainville, Jean-Emmanuel Gilbert, ou Roland Bonaparte. Ces plantes sont les témoins d’époques révolues, car certaines sont introuvables maintenant. Pour les conserver, un banc de numérisation de 13 mètres de long scanne 3 000 plantes par jour, et à termes devrait représenter 600 000 planches de plantes !

herbier

2. Le chauffage est né à Lyon… en 1785

Jean-Baptiste Lanoix était pharmacien et en avance sur son temps. En 1785, il publie un traité scientifique décrivant les bases de l’éclairage et du chauffage au gaz. Cependant, ses travaux seront repris 14 ans plus tard par Philippe Lebon, qui déposera un brevet pour l’invention du chauffage, et sera considéré comme son inventeur.

3. Lyon est la ville de la soie… et de la viscose !

On ne présente plus Lyon pour son industrie de la soie et ses célèbres canuts. L’industrie textile a toujours été très présente à Lyon, et c’est ici qu’est né le textile synthétique, avec l’invention de la viscose dans les entreprises Gillet. C’était alors le tout premier tissu synthétique jamais réalisé, qui avait pour ambition de remplacer le coton et… la soie.

viscose

4. Mesurer la température : défi relevé à Lyon !

En 1743, Jean-Pierre Christin met au point le thermomètre mercure, avec pour unité de mesure le centigrade. Il propose ainsi un thermomètre où 0 degré correspond à la température de la fonte de la glace, et les 100 degrés, la température d’ébullition de l’eau. Ces thermomètres sont même connus sous le nom de « thermomètres de Lyon » jusqu’avant la Révolution. Aujourd’hui, le thermomètre connaît une nouvelle ère avec le digital, largement répandu.

5. Police scientifique : des combles du Palais de Justice à Ecully

Lyon abrite le siège d’Interpol et du service Central de la police Technique et Scientifique. Ce n’est pas un hasard ! La police scientifique a été créée à Lyon suite aux travaux d’anthropologie du lyonnais Alexandre Lacassagne, médecin légiste réputé, ensuite repris par Edmond Locard, criminalogiste lyonnais également. Il installe le premier laboratoire de police dans le Palais de Justice de Lyon, sous les combles !

police-scientifique

Palais de Justice de Lyon