Photothèque Aderly_Copyright www.b-rob.com-87

L’Intelligence Artificielle (IA) et la smart city sont au cœur des innovations urbaines d’aujourd’hui. La start-up lyonnaise Navya est un des précurseurs de cette tendance, avec la réalisation et l’utilisation effective de deux véhicules autonomes : Autonom Shuttle, la navette électrique sans conducteur, une première mondiale à l’époque maintenant déployée au niveau international, et Autonom Cab, le robot-taxi qui a récemment été déployé à Paris.

Il y a quelques jours, la start-up publiait un magazine fictif dépeignant le monde dans 30 ans, en 2048. Dans celui-ci, elle pousse l’innovation à l’extrême et décrit un monde où les voitures volantes, les drones urbains, les bateaux sans pilotes et véhicules autonomes, sont la norme. Ce n’est pas si ahurissant dans la mesure où actuellement, le marché des véhicules autonomes est de plus en plus compétitif avec des entreprises qui planchent dessus dans le monde entier, que ce soit des géants du numérique, des constructeurs automobiles historiques, ou de nouvelles entreprises spécialisées dans le domaine. C’est Navya qui a donné l’impulsion au mouvement, après le lancement de Navly dans le quartier de Lyon-Confluence en 2015, et le succès que la navette a remporté.

navly

navya

De la réflexion à l’action : les déclencheurs du développement des véhicules autonomes

L’IA est la technologie qui a conduit à l’avènement des véhicules autonomes. Avec les progrès phénoménaux observés ces dernières années, les véhicules autonomes ne sont que les prémices de ce que les entreprises numériques pourraient développer. Nous en sommes seulement au stade du véhicule autonome, mais l’IA est aussi vue comme un moyen de développer des objets pour nous assister dans notre vie de tous les jours. C’est là le fondement de la transformation des modes de vie qu’ambitionne Navya, et de manière plus générale, les entreprises de l’écosystème numérique de Lyon.

Cependant, pourquoi Navya a-t-elle développé des véhicules autonomes ? Car la mission qu’elle s’est donnée est de révolutionner la mobilité en la rendant plus fluide. Cette problématique découle de la privatisation de la mobilité (covoiturage, chauffeurs privés, locations de court terme) observée ces dernières années avec Uber, Lyft, Didi… dont l’objectif est de pallier à deux problèmes : les embouteillages et le nombre insuffisant de parkings.

A Lyon, Navya fait partie d’un écosystème innovant dont les acteurs réfléchissent à des solutions pour une ville plus intelligente. La Métropole de Lyon est pionnière en Europe dans les expérimentations à vocation smart city. Elle revendique d’ailleurs cette expertise et à terme, rêve d’une ville où la vie des citoyens serait facilitée sur tous les plans : services, consommation d’énergie, transports, … Si le secteur smart city est beaucoup basé sur l’open data, il intègre également une dimension durable : on développe des solutions pour préserver les ressources et l’environnement. En ce qui concerne la mobilité, l’électricité est maintenant le terrain de recherche privilégié.

Au lancement de la voiture électrique, s’agrègent les innovations techniques dans le secteur automobile : capteurs électroniques, géolocalisation, reconnaissance visuelle, et deep learning (apprentissage des machines). Ainsi, sur la décennie 2010, on a assisté à l’avènement des véhicules autonomes.

Et maintenant ?

Navya prédit des progrès rapides en matière de véhicules autonomes. La globalisation des taxis autonomes se fait dès le début des années 2020, après expérimentation et utilisation sur certaines zones restreintes (campus, hôpitaux, aéroports, …), actuellement en cours. Cela est rendu possible grâce à l’adaptation des grandes villes à ce type de véhicule : en effet, Navya prévoit (ou prévient) qu’il sera nécessaire d’adapter les infrastructures pour que ce genre de dispositif marche, avec des bornes de signalement, par exemple. L’entreprise se voit aussi mettre en service une nouvelle navette, avec une capacité de 120 personnes, pour à terme remplacer les transports en commun habituels.

De nouveaux services vont également probablement émerger : Navya parle de drones transporteurs d’objets et livreurs des colis. Actuellement, certains dispositifs de ce type sont en cours d’expérimentation : une start-up lyonnaise, TwinswHeel, est déjà en train d’expérimenter un petit robot sur roues qui porte des objets lourds en suivant la personne à qui il a été assigné, et aura vocation plus tard à faire des livraisons.

Dans la démarche des entreprises à vocation smart city, la transition énergétique fait partie des préoccupations importantes. Aujourd’hui, des entreprises ont déjà des prototypes de drones fonctionnant à l’énergie solaire. Plus tard, ce sont les voitures autonomes qui pourraient fonctionner à l’énergie solaire. Une voiture 100% écologique et qui n’a pas besoin de recharge.

Si la prochaine décennie décrite par Navya est potentiellement réalisable au vu des expérimentations menées aujourd’hui, les décennies suivantes semblent encore irréalistes, même si certains se penchent déjà dessus. A titre d’exemple, la voiture volante, qui est sera la prochaine grande innovation de mobilité. A quelle vitesse le progrès est-il réalisable ?

voiture-volante-aeromobil

Prototype de voiture volante

Plongez dans le monde sans limite d’AUTONOMS.