economie-circulaire-vignette

Qu’est-ce que l’économie circulaire

On qualifie d’économie circulaire la vision selon laquelle les biens et services produits sont intégrés dans un processus visant à limiter la consommation énergétique et la production de déchets. L’idée-maîtresse est de favoriser un modèle impliquant la durabilité des échanges économiques, en réutilisant ou recyclant les déchets et en tenant compte de leur impact écologique.

L’approvisionnement durable, l’éco-conception ou la consommation responsable sont quelques-uns des axes qui font parties de l’économie circulaire.

La Métropole de Lyon soutient l’économie circulaire

 Sur le territoire de la Métropole de Lyon, de nombreuses initiatives concrètes ont vu le jour afin de favoriser l’économie circulaire et la transition énergétique. Voici un panorama de ses engagements  :

  • La Vallée de la Chimie, territoire situé au sud de la métropole, sur les rives du Rhône et où sont installées les entreprises et structures chimiques et pétrochimiques d’envergure mondiale, a initié l’Appel des 30. Il s’agit d’un programme visant à utiliser les friches industrielles inexploitées pour produire de la biomasse (énergie) grâce à la végétation. Sur 21 hectares, huit projets de « paysages productifs » sont initiés.
  • Afin de permettre le réemploi de produits électroménagers ou d’objets de la vie courante, douze structures de « donnerie » ont été créées sur le territoire. Les objets déposés sont réparés par des associations et sont remis sur le marché à moindre coût.
  • Sur la Métropole, 70 nouveaux sites de compostage vont être déployés. Par ailleurs, la métropole sera à l’initiative d’une formation de guide-composteur et près d’une douzaine de bacs de compostage seront installés dans les écoles et collèges du territoire avec un accompagnement sur une période de 18 mois.
  • Dans le 7ème arrondissement, la deuxième étape de réhabilitation du parc Blandan sera l’occasion de poursuivre la mise en place d’initiatives éco-responsables comme le réemploi de près de 400 pierres comme mobilier urbain ou la réutilisation des terres disponibles sur place, évitant l’apport extérieur et le transport polluant de terre supplémentaire.