logo-stansea-fond-blanc

StanSea est une start-up du domaine des biotech créée en 2013 en Lorraine. Elle a depuis élu domicile dans la métropole stéphanoise. Elle est spécialisée dans la transformation de la nacre d’huîtres perlières à des fins médicales ou dans le secteur de la cosmétologie. A l’origine de l’aventure de StanSea, un chercheur du CNRS, Marthe Rousseau et son mari David Molié. Ces derniers ont eu l’intuition de réemployer la nacre issue des huîtres perlières et ce, grâce aux propriétés étonnantes de la nacre dans le domaine médical.

La nacre est récupérée directement sur les coquilles des huîtres perlières provenant des zones intertropicales. Jusqu’ici, la start-up faisait sous-traiter le broyage des coquilles pour obtenir une poudre de nacre extrêmement fine. Le développement de StanSea devrait la conduire à augmenter considérablement le volume de production et les applications possibles de ce nouvel ingrédient « miracle ».

Les projets de Stansea sont ambitieux. Après avoir réalisé une levée de fonds auprès d’un partenaire industriel, elle souhaite investir près d’un million d’euros dans une unité de production spécialisée dans la nacre, installée à proximité de la métropole stéphanoise. Ceci devrait être effectif d’ici la fin de l’année 2019.

D’ici cinq ans, la start-up souhaite qu’il y soit produit chaque année de cinq à dix tonnes de coquilles d’huîtres.

Les domaines d’application de la nacre sur lesquels StanSea mise sont la cosmétique et le médical. La nacre pourrait être utilisée par exemple dans des soins anti-âge, grâce au pouvoir de liaison qu’aurait cette matière pour les échanges entre le derme et l’épiderme. Dans le domaine médical, la nacre pourrait avoir une application pour les os et le renforcement de leur capital. Les possibilités en orthopédie ou dans le domaine dentaire sont nombreuses. Une fois le produit homologué, la start-up pourra facilement proposer sa commercialisation.

Avec une production actuelle de 100kg de nacre annuel, pour un chiffre d’affaires de 40 000 euros, StanSea voit encore plus grand. D’ici cinq ans le chiffre d’affaires visé est de 2,5 millions d’euros. Pour y parvenir, la start-up a prévu de recruter six salariés d’ici quelques mois.

StanSea illustre le potentiel d’innovation de la métropole stéphanoise, un territoire où les biotech sont en plein essor.