part-dieu

Le bilan 2018 du marché de l’immobilier d’entreprises à Lyon établi par la Fnaim Entreprises est très positif. En effet, la demande placée en matière de bureaux a progressé de 23 %, atteignant 331 659 m² (70 % à la location). Une année record qui témoigne de l’attractivité de la métropole lyonnaise en matière d’immobilier tertiaire puisque pour la première fois, l’investissement dans les m² de bureaux a atteint, à lui seul, le milliard d’euros. Les segments industriel et logistique ne sont pas en reste puisqu’ils affichent respectivement 450 000 et 400 000 m² placés.

 Le premier quartier le plus investi en immobilier tertiaire est celui de Gerland avec 21% des transactions ; puis viennent la Part-Dieu avec 13% et le Nord-Ouest avec 8%. A noter que les transactions supérieures à 10 000 m² représentent plus de 56 000 m² placés. Parmi elles, Engie avec 19 588 m², EDF avec 15 211 m² à la Part-Dieu et 10 933 m² à Gerland, ou encore Bobst 10 285 m² à Bron. Pour ce qui est de l’offre, le stock évolue peu et se stabilise à 370 000 m², soit un peu plus de 18 mois de demande placée en moyenne, avec une part du neuf en augmentation, due à quelques opérations lancées en blanc, livrées ou proches de la livraison.

Les chiffres en matière d’immobilier industriel (usines, unités de production, locaux d’activité) sont également en hausse. La moyenne de ces dernières années était établie à 300 000 m² de locaux industriels vendus ou loués. En 2018, ces résultats ont été largement dépassés avec 465 015 m² investis à travers 381 transactions, soit 16% de plus que les 401  453 m² de 2017. En logistique, 2018 s’illustre comme la meilleure année depuis 10 ans avec 400 047 m² placés, soit une hausse de à 9 % des m² placés par rapport à 2017. Les secteurs du Nord Isère et la Plaine de l’Ain restent les deux marchés phares.

Pour la seconde fois, le marché de l’immobilier d’entreprise lyonnais dépasse le milliard d’euros avec 1,2 milliard investis, 90 % pour des actifs de bureaux. Les transactions supérieures à 40 millions d’euros sont deux fois supérieures à 2018. Un niveau qui témoigne de l’attractivité économique de la Métropole, comme le second pôle économique français.

Perspectives 2019

Après une année 2018 record, le marché de bureaux dans la métropole lyonnaise semble parti sur un très bon rythme cette année. En effet, des grosses transactions sont en en cours et devraient être signés au cours de l’année à l’image du CIRC (Centre international de recherche sur le cancer), qui doit déménager à Gerland.