photo-300x207

La filière Transport et Mobilité de la région lyonnaise reste une référence à l’échelle européenne en termes de gouvernance et de projets collaboratifs. Lyon a d’ailleurs été élue première ville française en matière de mobilité pour l’année 2019 par le think tank « Les Clés de la Mobilité » qui a mené une enquête auprès des 75 communes les plus peuplées de France. D’après eux, la métropole « a accompli le plus d’efforts pour mettre à disposition de ses habitants et entreprises une offre multiple, diversifiée et accessible de transports, de solutions de mobilité, avec des objectifs environnementaux clairement affirmés ». Zoom sur 3 initiatives qui s’inscrivent dans cette volonté de faire de Lyon une « Smart City » en rendant le territoire « plus agile et plus équilibré ».

Enedis au service des nouvelles mobilités

En collaboration avec la start-up E-totem à Saint-Étienne et Izivia à Lyon, Enedis s’engage à donner une nouvelle impulsion à mobilité électrique sur les territoires d’Auvergne-Rhône-Alpes.enedis

Pour l’agglomération stéphanoise, « le premier axe de travail que nous avons retenu tourne autour du déploiement de bornes de recharge à la demande », a annoncé Richard Robin, responsable régional du développement des mobilités électriques chez Enedis. 100 nouvelles bornes sont attendues d’ici 2020 et seront placées non pas d’après des schémas d’implantation portés et tracés par les techniciens et les collectivités, mais en fonction des choix et des désirs des utilisateurs – une première nationale.

Dans la Métropole de Lyon, cela se traduit par la mise en place de 641 points de charge supplémentaires d’ici 2021, ainsi que par des initiatives visant à faciliter le droit à la prise en résidentiel collectif. « Pour la première fois en France, des résidences de la région lyonnaise bénéficient d’une solution innovante de raccordement de bornes de recharge », indique Richard Robin.

Quelles sont les jeunes pousses du Lab de Lyon Parc Auto ?

logo-clickandshop-1Le Lab de Lyon Parc Auto (LPA), lancé en 2018, est un laboratoire d’expérimentation pour les start-ups de la mobilité urbaine. Plusieurs start-ups profitent de l’espace de coworking de 280 m² mis à disposition par LPA :

→  Mob-energy, qui propose une solution de recharge sur parking pour les véhicules électriques avec un robot chargeur qui se déplace de voiture en voiture. Une fois la commande passée, le robot, qui peut charger 48 voitures en 24 heures, gère la file d’attente en priorisant suivant le temps de parking ou l’importance de la charge.

→  Shipotsu, qui offre un service de prise en charge des bagages destinés aux professionnels en déplacement. La start-up propose de récupérer les voyageurs et leurs bagages et de les déposer en sécurité selon leurs indications (heure, lieu…). Chacun peut alors personnaliser son transport selon ses contraintes et ses envies afin de profiter d’une mobilité sur-mesure.

→  Arskan, expert en visualisation 3D et en compression progressive, développe une plateforme de réalité virtuelle pour les professionnels et a créé le jumeau numérique du Parc Cordeliers.

Carl Move veut éduquer les usagers à la mobilité douce

La start-up lyonnaise Carl Move, créée en 2017 par Cyprien Bardonnet et également hébergée dans le Lab LPA, a annoncé qu’elle souhaitait mettre en place une « école des mobilités » à Lyon d’ici 2020. En collaborationcarlmove avec LPA, l’école aurait pour vocation de réaliser des animations citoyennes autour de la thématique de la mobilité douce. Carl Move accompagne déjà les citoyens et les entreprises dans leur transition vers des mobilités plus durables en proposant deux solutions :

  • Une formation assurée par les auto-écoles, sans coût supplémentaire pour les apprenants, dont le but est « d’apprendre le covoiturage aux apprenants du Permis B. Comment gérer les passagers, comment organiser un covoiturage etc…», explique Cyprien Bardonnet.
  • Une offre à destination des salariés, dont le principe est simple : des moniteurs et des animateurs de Carl se relaient pour assurer des formations de 3 heures aux salariés, avec heure dans une voiture d’auto-école pour réapprendre quelques règles basiques notamment sur l’éco-conduite, une heure d’animation sur les mobilités et une heure de tests d’engins électriques.