Logo_emse

L’école des Mines de Saint-Etienne s’attaque à la médecine 4.0 avec sa plateforme d’innovation #FutureMedecine, inaugurée en juin 2019. L’objectif de cet espace, qui représente un investissement de 750 000 €, est d’inventer la médecine de demain en stimulant l’innovation des laboratoires à la fabrication grâce à une coopération entre les chercheurs et les industriels. La plateforme regroupe 3 espaces  :

  • MedTechLab : un living lab pour l’expérimentation (tests grandeur nature dans un appartement intelligent) et l’observation des usages en santé et leurs évolutions, avec un focus sur les seniors,
  • MedTechDesign : un open lab pour la co-création et le design thinking en santé centré sur les dispositifs médicaux ainsi que l’organisation des systèmes de soins et des services de santé,
  • 3DFabLab : un démonstrateur industriel dédié à l’élaboration par fabrication additive de poudres et de biocéramiques sur mesure pour des applications biomédicales.

Un hôpital virtuel pour simuler et mieux comprendre les dysfonctionnements

L’hôpital virtuel fonctionne, pour l’instant, sur des données simulées qui permettent déduire des tendances d’affluence ou de temps de prise en charge au sein de l’hôpital. Bientôt, il utilisera des données fournies toutes#futuremedecine saint etienne les 15 minutes par le CHU : heure d’entrée du patient, pathologie, demande d’avis de spécialiste, heure de sortie… Le logiciel permet aux étudiants de visualiser l’impact d’une baisse d’effectifs, voire de simuler une catastrophe naturelle ou un attentat pour mieux y répondre en conditions réelles. Cette preuve de concept a pour but la simulation d’un, voire de plusieurs hôpitaux dans leur totalité afin de préparer les futurs professionnels de santé aux conditions réelles au sein des hôpitaux et de leur donner les moyeux de mieux réagir aux dysfonctionnements, voire de les éviter.

La visualisation 3D des artères pour les cardiologues

Jean-Noël Albertini, chirurgien et professeur de cardiologie au CHU de Saint-Etienne, a créé en 2017 la start-up PrediSurge, sortie tout droit du Centre ingénierie santé qui accueille #FutureMedicine. Avec des ingénieurs de l’école des Mines, il a conçu un logiciel qui recréé l’aorte thoracique d’un patient en 3D, afin de déterminer le format d’endoprothèse qui résoudra au mieux son anévrisme. Le chirurgien cherche à utiliser cette technologie pour la pose d’endoprothèse  car d’après lui « Le chirurgien travaille quasiment à l’aveugle lors de cette opération. Il injecte ponctuellement des produits de contraste pour voir les veines sur la radio, mais ce produit est toxique pour les reins et disparaît rapidement ». La visualisation 3D serait donc une grande avancée pour la chirurgie cardiaque qui dépend toujours aujourd’hui de la 2D.