Première mondiale : la start-up lyonnaise Navya lance le premier robot taxi 100% autonome à Paris

La start-up lyonnaise Navya a présenté mardi 7 novembre son nouveau véhicule, un taxi sans chauffeur à propulsion 100 % électrique, et dont les premières livraisons sont attendues au troisième trimestre 2018. “C’est une révolution pour la mobilité en centre-ville, ce nouveau modèle est destiné à être le premier robot-taxi à être commercialisé dans le monde“, souligne le Président de Navya, Christophe Sapet.

Ce taxi hyperconnecté baptisé “Autonom Cab” peut transporter jusqu’à 6 personnes, pour un usage collectif ou privé, et a pour ambition de fluidifier la circulation dans les centres urbains. A bord, le passager peut bénéficier d’une visite interactive et culturelle de la ville, commander ses places de cinéma ou de musée ou encore composer la playlist de son choix. Equipé de plus d’une dizaine de capteurs fournissant des “données importantes pour assurer la sécurité de fonctionnement de nos véhicules” et celle des passagers, ce taxi est doté à l’extérieur d’un bandeau lumineux de plusieurs couleurs qui lui permet de communiquer avec les utilisateurs mais aussi avec les piétons.dims

Ce véhicule électrique, d’un coût entre 230 000 et 260 000 euros, serait le premier du genre à être commercialisé dans un an. Il va faire l’objet d’une expérimentation dans les rues de Paris par les équipes de Navya ainsi que d’une présentation au salon de l’électronique de Las Vegas en janvier 2018.

Créée en 2014 à Lyon, Navya est une société pionnière et leader sur le marché des véhicules autonomes. Elle a déjà lancé en 2016 une navette 100% autonome, Navly, qui roule souvent dans des zones sans trafic (aéroports, zones industrielles…), mais aussi, dans certaines expérimentations, dans des environnements urbains, comme dans le quartier de Lyon-Confluence.

Le développement des véhicules autonomes est aujourd’hui au cœur des ambitions des constructeurs et équipementiers, mais aussi de grands groupes comme Google et de start-ups. Cependant, la législation française n’autorise pas encore ces véhicules à circuler sur route ouverte, sans personne au volant.

 



© 2020