Vallée de la Chimie à Lyon : entre transition écologique et sauvegarde de l’emploi

La Vallée de la Chimie s’étend entre le 7e arrondissement de Lyon au sud, et la ville voisine de Solaize. La Vallée est le berceau de la chimie française et regroupe des grands noms du secteur tels qu’Arkema, Solvay, ou Air Liquide. On y retrouve toutes les activités liées à la chimie, pétrochimie, mais aussi au recyclage et au traitement des eaux et gaz industriels. Si la crise a fortement frappé les secteurs industriels, la Vallée de la Chimie n’a pas subi ses effets là. Aucune fermeture de site n’a été relevée, grâce aux acteurs majeurs du site qui ont su réinventer ensemble l’activité de la Vallée.

Mutualisation des forces

Aujourd’hui, l’industrie de la chimie et de la pétrochimie emploie 6 000 personnes sur place, avec une forte représentation des activités de recherche et développement, qui ont su également être préservées.

Planche logo axel'One DEF:Mise en page 1

En effet, la Vallée compte parmi ses acteurs majeurs le pôle de compétitivité Axelera, spécialisée dans la filière chimie et environnement. En partenariat avec la Métropole de Lyon, le pôle a lancé Axel’One, une plateforme d’innovation collaborative, animée autour de 3 secteurs (Procédés Innovants, Matériaux Innovants et Recherche Fondamentale). Deux sites se trouvent dans la Vallée, et un autre vient d’ouvrir ses portes sur le campus de La Doua. Axel’One accueille et accompagne des start-ups, PME-TPE ou laboratoires dans leurs projets collaboratifs de R&D dans la filière chimie-environnement. Attirer de tels projets participe à une réindustrialisation plus durable.

Les grands groupes présents ont également impulsé une dynamique de collaboration entre eux, mais également avec des start-ups. Kem One, par exemple, héberge la start-up Deltalys, ce qui permet à cette dernière de démarrer son industrialisation à coûts raisonnables. D’autre part, Elkem, Solvay et Kem One à nouveau partagent aujourd’hui leurs services de sécurité, d’incendie et de secours, et d’entretien et d’exploitation des voies de chemin de fer qui desservent leurs cinq sites, en plus d’être parties prenantes aux deux plateformes collaboratives d’Axel’One.

L’énergie renouvelable, futur de la Vallée de la Chimie

La Vallée de la Chimie est en pleine transition énergétique mutualisée. Des sources d’énergies renouvelables sont déjà en place, telles que la centrale hydroélectrique de CNR (Compagnie Nationale du Rhône), ou l’unité de traitement et de valorisation énergétique de la Métropole qui participe à l’alimentation du réseau de chaleur urbain.

Aujourd’hui, ce sont six sites qui ont décidé de mettre en place une centrale d’énergie solaire : JTEKT, Kem One, l’Ifpen, Total, Vos Logistics, et Arkema. Des panneaux solaires vont être installés d’ici 2019 sur les toits des bâtiments, ainsi que sur les parkings. En tout, 45 000 m² seront couverts, générant une puissance maximale de 7,7 mégawatts, soit 1/3 de la puissance actuellement déployé sur la Métropole.

De plus, après les conclusions du Plan de prévention des risques technologiques (PPRT) qui déclarait un certain nombre de terrains inconstructibles, la Métropole et les 30 acteurs principaux de la Vallée de la Chimie (privés ou publics) ont lancé un appel à projets afin de créer une nouvelle filière de paysages productifs. L’idée : sélectionner des projets ayant pour objectifs de revitaliser les friches et le foncier délaissés avec des initiatives portant sur la biomasse, la dépollution ou la fertilisation des sols. Avec bientôt une troisième édition de l’Appel des 30, la Vallée de la Chimie se transforme peu à peu en pôle de la « chimie verte », avenir du site.

1er pôle chimique en France

L’industrie chimique est un secteur historique de la ville de Lyon. En 1540, François 1er accorde le monopole de la soie à Lyon, et c’est avec la teinture textile que l’industrie de la chimie va démarrer à Lyon, et devenir un secteur d’excellence de la ville. Aujourd’hui, plus de 500 entreprises sont présentes sur la région lyonnaise, et développent des activités dans différentes filières de l’industrie chimique, telles que la pétrochimie, la chimie minérale, et la chimie verte. Toute la chaîne de valeur de l’industrie est représentée, et présente majoritairement dans la Vallée.

Chiffres clés :

  • 5ème région européenne pour le dépôts de brevets dans l’industrie chimique (470 brevets déposés)
  • 3 000 chercheurs
  • 2 prix Nobel de la chimie
  • 500 millions d’euros investis dans l’industrie chimique en 5 ans
  • 10 projets en cours de réalisation suite à l’Appel des 30


© 2020